Le 3 6 9 12, vous connaissez ? C’est la balise imaginée par le psychiatre Serge Tisseron pour apprivoiser les écrans. Car ils sont partout autour de nous, il devient de plus en plus difficile d’y échapper. Et pour mieux les apprécier quelques précautions d’usage sont préconisées pour accompagner nos Bout’choux.

Certains pensent qu’ils sont dangereux pour nos enfants, d’autres inoffensifs, ou bien un peu tout ça en même temps. Qu’en est-il ?

Pas d'écran avant 3 ans

Un écran n’est ni bon, ni mauvais en soit. Il est une fenêtre ouverte sur le monde, il permet de se distraire, de jouer, d’apprendre… Il est aussi utilisé pour certaines pathologies et troubles. Mais une consommation excessive ou inapproprié peut aussi provoquer des troubles, surtout chez les jeunes enfants.

Vous le savez, un écran n’est qu’un outil. Il faut donc apprendre à l’utiliser. Pour vous y aider, voici les recommandations du psychiatre Serge Tisseron. Mais avant, prenez connaissance des précautions à prendre pour mieux comprendre comment se développe votre Bout’chou.

Les précautions à prendre pour comprendre le 3 6 9 12

Dès la naissance l’enfant à besoin de faire fonctionner ses cinq sens afin de les développer. Jouer, toucher, manipuler, tester, goûter, communiquer… sont des activités essentielles pour un bon développement. Lire des histoires, chanter des comptines, échanger, jouer, rire, courir, dessiner… sont les meilleurs moyens d’éveiller Bout’chou.

Pour son développement l’enfant a besoin d’entrer en contact avec le réel, c’est à dire avec des êtres vivants et des objets qui existent concrètement (poupées, cubes, hochets…). Un bébé imite les sons, les mimiques, les faits et gestes des autres. C’est inné et c’est ainsi qu’il apprend à parler, à se comporter, à adapter ses comportements. Il a besoin d’interagir, d’échanger, d‘expérimenter avec son environnement.

Pour comprendre le monde, l’enfant doit avoir une expérience physique avec les objets. En touchant un cube l’enfant perçoit ses trois dimensions, il perçoit la sensation de la matière, de la température, son poids. En mettant l’objet dans sa bouche il accède à un tas d’autres informations utiles pour le développement de son cerveau. En manipulant un objet il constate et comprend les règles essentielles de la physique : quand je lâche un cube il tombe d’une certaine façon, ça fait tel bruit. Quand je lance une balle elle roule, quand je presse mon pousse et mon index je peux prendre des objets plus petits…

L’enfant comprend comment les objets et les personnes de son entourage fonctionnent, assimile les règles et lois de notre monde, apprend à s’adapter et à agir en expérimentant son environnement.

De façon général il est conseillé de ne pas laisser la télé allumée dans une pièce quand personne ne la regarde. Même si votre enfant semble être accaparé par son activité, le fond sonore attirera son attention. Pour bien se développer et comprendre le monde dans lequel il évolue, l’enfant a besoin de jouer dans un environnement qui favorise sa concentration. Les spécialistes déconseillent fortement la télévision dans la chambre.

De 0 à 3 ans

Il est conseillé de limiter les écrans au maximum pour permettre au jeune enfant d’explorer et d’entrer en interaction, le plus souvent possible, avec le monde réel.  Si vous êtes indisponible, il est préférable de laisser votre enfant jouer seul, dans un endroit sécurisé, avec des jouets traditionnels adaptés à son âge (hochet, poupée, peluche, dinette, camion…). Dans la mesure du possible, ne laissez pas votre enfant seul face à un écran.

Les tablettes, smartphones… ont un réel pouvoir de fascination sur nous tous et encore plus sur les jeunes enfants. Ils pourraient le détourner des activités, jeux et expérimentations nécessaires à son développement. Un écran, aussi interactif et ludique soit-il, et parce qu’il ne propose que des activités virtuelles, ne peut pas remplacer ces activités, jeux et expérimentations.

Évidemment c’est plus facile à dire qu’à faire. Et c’était plus facile à respecter quand les écrans n’avaient pas encore envahit notre espace. Ce qu’il faut retenir, c’est qu’un enfant n’a pas besoin d’un écran pour développer son intelligence ou devenir bilingue, contrairement à ce qu’on peut entendre. Et qu’il faut éviter de se servir de son smartphone comme d’un doudou ou un parent alternatif. Si, de façon générale, vous accompagnez l’éveil de votre enfant et que vous répondez à l’ensemble de ses besoins, une exposition exceptionnelle et de très courte durée ne pose pas de problème. Mais ça c’est moi qui le dit. Et l’Observatoire de la parentalité et de l’éducation numérique aussi 😉.

De 3 à 6 ans

L’enfant peut commencer sa découverte des écrans (internet est déconseillé avant 9 ans) mais toujours avec un adulte à ses côtés. Des règles claires quant à son usage et le temps d’utilisation doivent être expliquées et appliquées. Les pièces communes comme le salon ou la salle à manger sont les plus adaptées pour l’utilisation des écrans. De cette façon l’écran s’inscrit dans les activités familiales.

Pensez à vérifier les conditions d’âge et la qualité des programmes. Vous devez aussi tenir compte de la sensibilité de votre enfant. En effet, certaines scènes, même adaptées à son âge, peuvent être trop intenses pour lui. 

Les enfants aiment regarder leur dessin animé préféré avec leurs parents. Faites durer le plaisir en engageant une discussion autour du programme. Ils adorent ça et cerise sur le gâteau : ils développent leur langage.    

Les temps de repas participent au renforcement des liens familiaux, permettent de discuter, de se confier, de se détendre, de partager un moment convivial… à condition que les écrans ne soient pas de la partie.

Aussi la lumière envoyée par les écrans diminue la production de la mélatonine, l’hormone qui favorise l’endormissement. Ne pas regarder d’écran au moins une heure avant le coucher favorisera l’endormissement.

De 6 à 9 ans

Les conseils précédents (pas d’écran dans la chambre, ni à table, on partage des activités…) s’ajoutent à ceux-ci.

L’enfant peut s’initier aux jeux vidéos mais restez vigilant sur les paramètres et sur l’âge auquel s’adresse le jeu. Certains jeux sont très violents et les images peuvent être très réalistes. Rien à voir avec les jeux vidéos que nous avons connus. Aïe ! je viens de vous donner un sacré coup de vieux, désolée 🤭. Préférez les jeux familiaux pour jouer à plusieurs.

Il est déconseillé d’utiliser internet avant l’âge de 9 ans. Néanmoins vous pouvez déjà attirer son attention sur les bonnes pratiques. Notamment le droit à l’intimité et le droit à l’image en lui expliquant les trois principes numériques essentiels à connaître avant de surfer sur le web :

  • nous n’avons pas la main sur les informations envoyées sur internet. Elles peuvent être vues, partagées, réutilisées, modifiées par tout le monde,
  • une information envoyée sur internet a vocation à y rester. Toutefois il est maintenant possible de demander le retrait de certaines informations. Le site de la CNIL explique comment procéder,
  • Il est difficile de faire la différence entre les infos et les intox. Ce troisième principe est un formidable moyen de développer l’esprit critique de votre enfant. Par exemple en lui expliquant que seuls les sites officiels donnent des informations vérifiées.

De 9 à 12 ans

Les conseils précédents (pas d’écran dans la chambre, ni à table, on partage des activités…) sont toujours valables.

Votre enfant peut commencer à utiliser internet. C’est vous qui décidez s’il peut l’utiliser seul (en restant à proximité) ou pas et à quel moment. Intéressez-vous à ce qu’il y fait. Et rappelez-lui les trois principes numériques ainsi que le droit à l’intimité et à l’image.

N’oubliez pas d’installer le contrôle parental afin de le protéger des sites inadaptés. Gardez à l’esprit que la plupart des réseaux sociaux sont interdits avant l’âge de 13 ans.

Pensez à répartir judicieusement le temps maximum d’utilisation sur l’ensemble des écrans (télé, téléphone portable s’il y a, tablette, ordinateur) afin d’éviter une surconsommation.

À partir de 12 ans

Toujours pas d’écran dans la chambre, ni à table, on partage des activités, on continue de jouer ensemble et de discuter…

Votre enfant est considéré comme suffisamment grand pour utiliser internet seul à condition que les règles précédentes ont été intégrées. Vous  définissez toujours les règles d’usage et la durée d’utilisation. Vérifiez le bon paramétrage du contrôle parental.

Pensez à informer votre enfant sur les dangers de la pornographie, du harcèlement en ligne mais aussi sur le plagiat et les conditions du téléchargement. Précisez les bonnes pratiques sur les réseaux sociaux, qui ne doivent pas être utilisé avant 13 ans pour la plupart d’entre eux. Par exemple on n’accepte pas d’invitation d’inconnu, on ne divulgue pas ses coordonnées sur la toile, on ne visionne pas les vidéos ou photos douteuses (violentes, indécentes, humiliantes, dangereuses…), on les signale et on ne les partage pas, on ne partage pas de photos ou vidéos sans l’accord de toutes les personnes qui y apparaissent…

Certains réseaux sociaux et applications proposent de supprimer automatiquement les photos envoyées au bout de 24 heures. Mais une capture d’écran est toujours possible.

Le 3 6 9 12 et le temps d'utilisation

Comme souvent pour les sujets polémiques, et la consommation d’écran en est un, personne n’est d’accord. Les conseils sur les temps d’utilisation varient d’un pays à l’autre, d’un expert à l’autre.

France

En France, on vient de le voir, c’est la balise 3 6 9 12 qui conseille les parents sur l’utilisation des écrans. Mais elle ne dit rien sur la durée d’utilisation au delà de l’âge de 3 ans. La Direction Générale de la Santé déconseille, elle aussi, l’utilisation des écrans avant l’âge de 3 ans mais sans autres précisions. Et l’Association Française de Pédiatrie ambulatoire s’appuie sur le 3 6 9 12 de Serge Tisseron. Seul le Plan national nutrition santé conseille moins d’1 heure d’utilisation quotidienne entre 2 et 5 ans, avec une absence totale d’utilisation jusqu’à 2 ans.

Certains spécialistes vont encore plus loin en préconisant une absence d’utilisation jusqu’à 6 ans. Notamment le chercheur français en neurosciences cognitives, Michel Desmurget, et le psychologue suisse Édouard Gentaz. Le chercheur préconise 1 heure d’utilisation à partir de 6 ans.

Amérique du nord

La société canadienne de pédiatrie préconise aucun écran avant 2 ans, 1 heure par jour maximum entre 2 et 4 ans, deux heures par jour maximum après 4 ans.

L’Académie américaine de pédiatrie conseille, elle aussi, zéro écran pour les moins de 2 ans et moins de 1 heure d’utilisation par jour pour les 2 à 5 ans.

Aussi bien en France qu’en Amérique du nord, tous préconisent de ne pas installer d’écran dans la chambre, de ne pas utiliser d’écran au moins une heure avant le coucher et de veiller à ce que l’utilisation d’écran ne réduise pas le temps accordé aux autres activités essentielles au développement (communiquer, jouer, lire, faire des activités physiques…), aux devoirs et au temps de sommeil.

Ressources

Catégories : Parentalité

Cécile Dhifallah

Formatrice diplômée en sciences de l’éducation et spécialisée en parentalité positive. Je suis aussi la maman d'une ado avec qui je mets en pratique la théorie. Connaître les principes de la parentalité positive et de la psychologie de l'enfant a beaucoup facilité mon rôle de parent. J'espère que mon site facilitera le vôtre.

0 commentaire

Laisser un commentaire