Être parent durant le confinement n’est pas de tout repos. Entre les sautes d’humeur, tempêtes émotionnelles, crises de nerf et autres pétages de plomb de toute la famille, vous n’en pouvez plus ? Et si toute la famille apprenait à gérer ses émotions…

Vous êtes un véritable buvard à émotions et vous voulez que ça cesse ? Le focusing, vous connaissez ? C’est un outil très efficace pour apprendre à gérer ses émotions. Il s’adresse à tous (dès 3 ans), est facile, rapide et gratuit. Et comme il nous aide à gérer nos émotions, il facilite, du même coup, notre cheminement vers la parentalité positive. Wouhouuuu 🎉 !

Comment gérer ses émotions ?

D'où vient le focusing ?

Le focusing est une approche corporelle psychothérapeutique provenant de la psychologie humaniste et mise au point par le philosophe Eugène Gendlin. Le philosophe s’est formé à la psychothérapie et a collaboré avec le fameux psychologue Carl Rogers. Je voue un véritable culte à Carl Rogers qui est, lui aussi, un psychologue humaniste. Pourquoi je l’aime Carl ? ♪ Car il était mince, il était beau, il sentait bon le sable chaud. Mais non ! Car il était persuadé que chaque individu à une capacité innée à évoluer, c’est à dire à se développer, à s‘autonomiser en trouvant, de lui-même,  ses propres solutions à ses propres problèmes. Et moi, ça me parle tout ça. Bref, c’est Carl qui « met des paillettes dans ma vie » 🤩 !

Mais pour que ce processus d’épanouissement, de croissance autonome puisse se mettre en œuvre, le thérapeute doit tenir une posture particulière afin d’offrir le meilleur environnement possible  à son client. En d’autres termes, un cadre sécurisant est nécessaire.

Oui oui, j’ai bien dit client et non  pas patient. Car un patient est pris en charge par son thérapeute. Or, si vous avez suivi, vous avez compris qu’avec Carl, on n’est pas du tout là dedans. C’est pourquoi durant une psychothérapie rogersienne, le thérapeute ne donne aucun conseil, il n’interprète pas, il écoute, laisse les silences s’installer, reformule… pour aider son client à trouver, tout seul comme un grand, ses propres réponses. Bref, un client rogersien est actif. Et comment on propose un cadre sécurisant à la mode rogersienne ? En offrant à son client trois conditions nécessaires, soit :

  • l’empathie,
  • le regard positif inconditionnel,
  • la congruence.

Pourquoi je vous raconte ça ? Car Eugène Gendlin a eu la bonne idée d’associer les trois conditions nécessaires de Carl Rogers et l’attention aux sensations internes. Et cette addition a donné un résultat : le focusing.

Comment fonctionne le focusing ?

Eugène Gendlin, lui, a constaté que l’expérience corporelle des clients, durant une séance de psychothérapie, donne du sens aux vécus des clients. C’est pourquoi il a choisi de se focaliser (c’est le cas de le dire) sur l’expérience du corps. En d’autres termes, le ressenti corporel qui découle d’une difficulté, d’un problème, d’une émotion… aide à comprendre cette difficulté, problème ou émotion et à trouver une solution. Et qui dit ressenti corporel dit : émotions (la peur, la joie, la tristesse…), sensations (ce que vous percevez grâce à vos sens) et perceptions (ce dont vous faites l’expérience).

Pour ce faire, encore faut-il accueillir ce qui se passe en nous, au moment où cela se passe,  plutôt que chercher à s’en débarrasser, comme nous avons tendance à le faire si souvent, dès qu’une situation désagréable pointe le bout de son nez. Car c’est en accueillant nos sensations, en y prêtant attention et en les précisant le plus possible que nous saurons comment y répondre.

Vous l’aurez compris, la technique du focusing permet de mieux gérer les difficultés de la vie grâce à une meilleure gestion des émotions. Et cette technique est tellement simple, que tout le monde peut la tester sans aucune connaissance préalable et sans aucun autre outil que notre corps. Le focusing est un outil véritablement concret qui va à l’essentiel et permet de lier l’intelligence de notre corps (si souvent oubliée dans la culture occidentale) et notre intelligence rationnelle. Prêt à tester une nouvelle expérience ? C’est parti !

Gérer ses émotions en 6 étapes

3 règles essentielles

Le focusing est une méthode pratique et très simple à mettre en place. Seules trois règles devront être respectées pour comprendre la signification de vos ressentis :

  1. accueillir ce qui vient sans le juger,
  2. sans imaginer quoi que ce soit sur ce que cette expérience pourrait apporter, ou pas,
  3. sans espérer ou attendre quoi que ce soit.

Certains d’entre vous auront peut-être reconnus le cadre de la méditation de pleine conscience. Ce cadre n’a qu’un seul objectif : connecter votre tête à votre corps.

Les 6 étapes

Eugène Gendlin a identifié 6 étapes pour vous permettre d’écouter les messages envoyés par votre corps suite à une difficulté, un conflit, un problème… Bref quoi que ce soit qui attire votre attention et provoque un ressenti désagréable dans votre corps. Pour gérer vos émotions en 6 étapes, procédez ainsi :

  1. ressentez la sensation dans votre corps,
  2. localisez et nommez la sensation  : ça pique, ça tire, ça oppresse, ça étouffe, ça coupe la respiration…
  3. décrivez la sensation en utilisant « comme si » : ça appuie fort sur ma poitrine comme si quelqu’un avait posé un paquet très lourd dessus »,
  4. demandez-vous de quoi vous auriez besoin pour vous sentir mieux (par exemple que le paquet posé sur votre poitrine disparaisse) et demandez-vous comment faire pour qu’il disparaisse, 
  5. ressentez et appréciez le soulagement qui apparaît dès qu’une solution est trouvée,
  6. accueillez votre nouvelle solution puis demandez-vous ce qu’elle va changer pour vous si cette situation venait à se reproduire.

Et voilà, c’est fini, bravo 👏 ! Vous êtes un maître Jedi du focusing. Et la bonne nouvelle est que le focusing fonctionne aussi au niveau apprenti Jedi…

Des adaptations possibles

Bien-sûr, plus vous pratiquerez et plus vous vous comprendrez en profondeur. Et ce qui est vraiment bien avec cet exercice, c’est que ça marche quelque soit le niveau de profondeur que vous atteindrez. Et imaginez que vous ne réussissiez pas à faire les six étapes d’un seul coup, ce n’est pas grave non plus. Car nous sommes tellement peu habitués à écouter notre corps, que la seule étape 1 (ressentir la sensation) suffira à vous apaiser. 

Mais pourquoi parle-t-on autant de la régulation émotionnelle me direz-vous ? Car, de façon générale, les compétences psychosociales (dont la régulation émotionnelle fait partie) nous aide à faire face à la vie. L’Organisation Mondiale de la Santé (l’OMS) a défini  les compétences psychosociales comme étant :

« la capacité d’une personne à maintenir un état de bien‑être subjectif lui permettant de répondre de façon positive et efficace aux exigences et aux épreuves de la vie quotidienne ».

Et l’une des façons de « maintenir un état de bien-être » consiste à accueillir la vie comme elle vient. Bien-sûr accueillir ne veut pas dire se résigner. Accueillir nous aide à accepter ce qui s’impose à nous. Par exemple, nous décidons d’accueillir nos sensations désagréables (au lieu de les cacher sous le tapis),  parce-qu’elles sont là. Et grâce à cet accueil, nous allons les regarder droit les yeux, nous constaterons qu’elles ne tuent pas, nous nous sentirons donc plus fort vis à vis d’elles et nous serons disposer à les gérer. L’accueil est donc le parfait contraire de la résignation ou de la fatalité, car il permet de reprendre le pouvoir sur quelque chose qui s’est imposé à nous. En accueillant, nous redevenons maîtres de nos émotions, maître de nous-mêmes et de ce fait, nous augmentons notre confiance en soi.

Vous l’aurez compris, Le focusing est un véritable outil d’hygiène mentale, ou de développement personnel si vous préférez.

Gérer ses émotions en écoutant son corps

La somatisation

Je sais : ça peut  paraître un peu dingue de demander à son corps s’il a des messages pour nous. Mais c’est pourtant comme ça que ça fonctionne. Car oui, notre corps nous envoie des messages pour nous permettre de rectifier le tir. Il est, en quelque sorte, notre meilleur ami. Pour vous en convaincre, pensez à l’existence des nombreuses maladies psychosomatiques. Vous savez ce sont les maladies que notre esprit inflige à notre corps comme si notre corps nous disait :

« Eh oh, il y a un problème psychique qui mérite toute ton attention ! Pour le moment, ce n’est qu’un léger déséquilibre. Mais si tu caches la poussière sous le tapis, ton déséquilibre va augmenter et se sont tes organes qui vont payer la facture. »

Le psychosomaticien Jean Benjamin Stora explique que face à certaines difficultés de la vie (décès, divorce, licenciement…) notre psychisme peut provoquer des symptômes psychiques ou physiques. Cela intervient surtout lorsque des tensions, non exprimées, nous submergent. Ces tensions sont tellement fortes que notre mental ne parvient plus à les contenir et passe, en quelle que sorte, le relais à notre corps. Et c’est ainsi que nous voyons apparaître les premières somatisations.

Je pense que vous voyez très bien de quoi je parle. Le problème est que nos vies sont tellement remplies que nous n’écoutons plus les signaux de notre corps. Et c’est pourquoi le focusing est vraiment une très bonne solution car il vous permet de vous reconnecter avec votre corps et de mieux gérer vos émotions. Que demander de plus ? Le déconfinement peut-être 🤤 ?

Le contournement des émotions

Mais pourquoi ça marche aussi bien le focusing ? Car écouter son corps est naturel. D’ailleurs il nous arrive de le faire sans même y réfléchir. Par exemple quand nous nous préparons avant d’aller au ciné, nous nous sentons légers, nous adorons cette sensation et nous ne voulons en perdre aucune miette.  Par contre avant de passer un examen nous avons l’estomac noué. Après une dispute nous avons le cœur lourd. Et dans ces cas là nous nous efforçons de contourner ces sensations désagréables par tous les moyens. On fait comme si elles n’existaient pas. On détourne notre attention, on prend des médicaments, on boit un verre… Même pas mal !

On est d’accord, nous savons très bien accueillir les sensations, mais nous le faisons uniquement avec celles qui sont agréables. Tiens tiens, ne serait ce pas une politique de l’autruche qui pointerait le bout de son bec là, juste devant ? En même temps, peu d’entre nous avons été préparés à accueillir ce type de sensations. Levez le doigt les parents qui ont pu exprimer librement leurs peurs, angoisses et autres sensations ou émotions désagréables durant leur enfance. Hum, hum. C’est bien ce que je pensais. Vous êtes une minorité. Et oui, quand nous étions enfants, accueillir les sensations corporelles n’était vraiment pas à l’ordre du jour. Aussi bien pour les enfants que pour les adultes d’ailleurs. Heureusement, le focusing s’apprend à tous les âges 😅.

Le focusing pour déculpabiliser

Pour info, le focusing ça peut aussi aider les parents à moins culpabiliser. Si vous êtes comme moi, du genre à culpabiliser pour tout et n’importe quoi, la suite est pour vous.

Par exemple, quand vous acceptez de jouer à la bagarre avec le p’tit dernier, alors que vous êtes exténué, vous jouez à la bagarre, certes, mais vous faites semblant de jouer et vous ne prenez aucun plaisir à ce que vous vivez. Donc vous culpabilisez (parce que c’est quand même pas normal de pas prendre plaisir à jouer avec ses petits, vous dit votre petite voix) et votre humeur change. Vous devenez de plus en plus impatient, la tension monte, vous vous contenez de plus en plus, vous passez un moment désagréable et ça se termine en jus de boudin. Vous vous énervez contre le petit car, après tout, c’est lui qui a insisté pour jouer avec vous, non ?! Et c’est reparti, vous culpabilisez parce que vous vous êtes énervé alors que le fautif c’est vous…  et patati et patata… C’est sans fin.

Et voilà ce qui arrive quand on ne s’écoute pas ! Grâce au focusing vous allez apprendre à vous écouter pour dire oui quand vous pensez oui et non quand vous pensez non. Vous verrez, ça change beaucoup de choses 😉. Parole de maman !

Infographie récapitulative

Pour vous inscrire à la Newsletter, c’est le bouton juste en-dessous. 

Pour me rejoindre sur Facebook, c’est encore le bouton juste en-dessous .

Pour partager l’article, c’est aussi en-dessous.

Et pensez à nous dire comment vous faites pour gérer vos émotions ? Dites-nous tout, toujours juste en dessous 👇👇👇, dans les commentaires. C’est à vous. 👋

Catégories : Parentalité

Cécile Dhifallah

Formatrice diplômée en sciences de l’éducation et spécialisée en parentalité positive. Je suis aussi la maman d'une ado avec qui je mets en pratique la théorie. Connaître les principes de la parentalité positive et de la psychologie de l'enfant a beaucoup facilité mon rôle de parent. J'espère que mon site facilitera le vôtre.

0 commentaire

Laisser un commentaire